UN DÉCOR EXUBÉRANT

Quand Hélène Martini imagine Raspoutine en 1965, c’est immédiatement à Erté qu’elle songe pour en dessiner les décors. Un univers théâtral et extravagant, comme une représentation fantasque d’un cabaret russe.

Erté dessine une multitude d’alcôves tendues de velours rouge, habille les escaliers majestueux de tissus chamarrés, distille lustres et dorures, met en valeur les bois sculptés, couvre le bar de peaux de loups. La maison russe, qu’il « considère un peu comme la sienne », est née. 

Tapissés de fourrures et de velours écarlates, de dentelles et de broderies mordorées, les établissements Raspoutine n’ont rien perdu de leur aura légendaire. Reprenant les codes de l’architecture russe, chaque détail suscite l’étonnement et l’émerveillement.

Velours, lustres chinés, vitraux, moquette, tableaux anciens, bois sculpté et tissus brodés… des éléments incontournables dans chacunes des adresses Raspoutine.

« J’ai mis tout mon enthousiasme à décorer ce lieu, que j’adore », écrivait Erté. 

Un demi-siècle plus tard, la légende continue de se graver, plus ardente que jamais… 

LA TABLE D’UN TSAR

Fidèle à la réputation festive et confidentielle de ses clubs, Raspoutine distille aussi la fête dans ses restaurants.

Véritables fiefs des soirées les plus endiablées, on y croise le gotha parisien, les it-girls de New York et des grands couturiers désireux d’assouvir leurs envies de champagne et de caviar.

Au fil des saisons, le chef propose une cuisine traditionnelle d’exception qui revisite les grands classiques de la gastronomie russe. Sélection de caviars et poissons fumés, œufs de saumon, taramas et blinis faits maison ; taglioni au caviar, langoustines grillées, pavlovas… 

Chaque soir, les citadins en quête de vibrations dégustent des cocktails spécialement imaginés pour Raspoutine. Des élixirs signatures imaginés par de talentueux barmen et inspirés des saveurs russes et la meilleure sélection de vodka, pour faire danser les foules jusqu’au bout de la nuit. 

UN CLUB ICONIQUE

Les adresses Raspoutine sont synonymes de temples de la nuit. Une fois la porte franchie, la lumière tamisée donne le ton. C’est dans un décor théâtral que se déroule, sur fond de musique Deep House enivrante, des soirées chics et sensuelles orchestrées par des directeurs artistiques passionnés. 

Une alchimie possible grâce à la musique, léchée et pointue, qui a fait la renommée des clubs. 

Cette Deep House enivrante, c’est la signature musicale du Raspoutine. Les sets sont distillés par les DJ’s les plus talentueux. 

A l’écoute, les sorciers de l’électro savent rendre l’atmosphère torride. Derrière les épais rideaux de velours les rencontres se font et se défont au rythme des DJ sets électrisants. Aux platines, se succèdent aussi d’illustres guests : Agoria, Guy Gerber, Black Coffee…


Aujourd’hui, on y croise Madonna, Olivier Rousteing, Carine Roitfeld, Ana Beatriz Barros ou encore Rihanna.

Une adresse mythique

Le premier club Raspoutine voit le jour à Paris en 1965. Hélène Martini, « l’impératrice de la nuit » et propriétaire de nombreux cabarets parisiens, l’imagine pour donner à la capitale le cabaret russe qui lui manquait. 

Quand naît dans son esprit l’idée du Raspoutine, c’est immédiatement à Erté, l’un de ses plus chers amis, qu’elle songe pour en dessiner les décors en s’inspirant de ses fantasmes débordants et de ses origines soviétiques. 

Ce sont toujours ses créations qui habillent les lieux, aujourd’hui classées au patrimoine des monuments historiques. 

Sur la scène se produisent musiciens et danseuses. Parfois des légendes de la chanson française, telle Edith Piaf, dont la loge émouvante est restée en l’état dans les sous-sols du Raspoutine. 

Le succès est immédiat. Dans la salle se pressent artistes, diplomates et hommes politiques, dont les alcôves ont dû surprendre tant de conversations confidentielles…

Repris en 2010 par Laurent de Gourcuff, Ghislain Alexander, Logan Maggio et Benjamin Cassan, Raspoutine a su évoluer tout en conservant son âme et son caractère exclusif. Une mue réussie. En l’espace de quelques mois, le club privé a conquis une clientèle parisienne et internationale exigeante. 

Leur ambition ? Faire voyager Raspoutine à travers le monde…

Entrer chez Raspoutine, c’est se laisser enivrer par ce lieu empli d’histoires.

Fermer